Présentation

  • : Le blog de faune-flore-vuesparalain
  • Le blog de faune-flore-vuesparalain
  • : Bonjour J'ai eu mon premier reflex à 12 ans (un praktica )que j'ai toujours d'allieur. Et depuis 2009 je pratique la photos animaliéres avec un canon 550d et un zoom sigma 150/500 mm , ensuite j'ai fait l'acqusition d'un objectif canon 400mm(focale fixe) qui est nettement supérieure au sigma ( un piqué assez remarquable) J'ai aussi construit un affût dans un verger se qui me permet de faire de nombreux clichés pendant l'hiver.J'espère que mes photos vous plairons et j'attend vos critiques
  • Contact

Rechercher

Traducteur

Archives

Pages

compteur visiteurs

Catégories

24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Localement appelé l'oiseau de la pluie ou encore pleu pleu ,le pic vert est de la grosseur d'un geai, il a un plumage vert et jaune. Les plumes de la tête forment une sorte de béret d'un rouge éclatant. Chez le mâle, de chaque côté du bec .une tache rouge encadrée de noir dessine une moustache. Celle-ci est entièrement noire chez la femelle. Les jeunes sont colorés a peu près comme les adultes, mais le plumage est fortement tacheté et barré. 

- D'autres piverts ici

* Commentaire provenant de  "oiseau .net "

Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Le pivert (Picus viridis - European Green Woodpecker )
Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 00:30

Le rougegorge familier est aisément reconnaissable avec sa poitrine et la face rouge orangé, contrastant avec les parties inférieures blanchâtres. Les parties supérieures son brun-vert-olive, ainsi que lles ailes et la queue

Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Le rougegorge (Erithacus rubecula - European Robin)
Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 00:41

Pour d'autres photos ici

La vie dissolue du troglodyte polygame.  D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder.  Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.
La vie dissolue du troglodyte polygame.  D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder.  Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.
La vie dissolue du troglodyte polygame.  D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder.  Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.
La vie dissolue du troglodyte polygame.  D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder.  Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.
La vie dissolue du troglodyte polygame.  D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder.  Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.

La vie dissolue du troglodyte polygame. D'avril à juillet, deux périodes de couvaison vont se succéder. Le mâle se place à côté d'un nid, et chante pour attirer la femelle, laquelle visite l'ensemble des habitats préalablement construits par le troglodyte, en compagnie de celui-ci, avant de choisir celui dans lequel elle déposera quelques plumes, signe qu'elle consent à y habiter. Elle y pondra, parfois après quelques semaines, 5 à 8 oeufs blanchâtres tachetés de brun-rouge. L'incubation dure une quinzaine de jours. Pendant que la femelle couve, elle ne reçoit aucune nourriture du mâle, qui fait la cour à d'autres femelles afin qu'elles occupent ses autres nids. En revanche, les petits de chaque femelle seront pris en charge par le mâle. L'envol des oisillons réclamera 16 à 17 jours, et leur émancipation se fera à l'issue d'une période de 23 à 28 jours . Lorsque le nid est relativement bas, et qu'un oisillon en tombe, celui-ci est capable d'y remonter en s'agrippant à un tronc avec ses ongles, et en évoluant tel une perruche. Parfois, la femelle, lors de la seconde couvaison, quitte le "domicile conjugal", et part avec un autre mâle.

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 00:28

La mésange bleue ma petite préféré des mésanges

Pour voir d'autres mésanges bleues c'est ici

La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.
La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.
La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.
La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.
La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.

La mésange bleue est présente dans presque tous les habitats dans les régions de feuillus, bois et jardins compris. Par contre, elle est absente dans les forêts pures de conifères. On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres.

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 01:02

La mésange charbonnière est l’une des plus grandes de sa famille. Elle est reconnaissable à sa tête d’un bleu-noir luisant, ses joues blanches, son dos verdâtre et à son ventre jaune souligné d’une bande noire qui part du menton jusqu’à l'abdomen.Les yeux et le  bec  sont noirs, tandis que les pattes sont gris-bleu.

La Mésange Charbonnière  (Parus major)
La Mésange Charbonnière  (Parus major)
La Mésange Charbonnière  (Parus major)
La Mésange Charbonnière  (Parus major)
La Mésange Charbonnière  (Parus major)
Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 08:12

 

La pie bavarde un oiseau que j'ai déjà présentée.

Pour plus d'informations ,cliquez ici

 

 

La Pie Bavarde
La Pie Bavarde
La Pie Bavarde

 La pie bavarde vit dans les zones agricoles, les bosquets, les zones ouvertes ou légèrement boisées, les prairies et les abords des montagnes, les parcs et les jardins, même en ville. 

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:00

Elle mesure environ 32 cm de long pour un poids compris entre 125 et 240 g.C'est un oiseau au dos beige pâle tirant vers le gris vineux bien reconnaissable à son demi-collier noir derrière le cou. Le dessus de la tête est généralement gris pâle, couleur se fondant dans le rose vineux clair de la face chez le mâle ou le chamois vineux chez la femelle.

IMGL6134

L'arrière du cou présente un étroit demi-collier noir souligné nettement de blanc sur sa limite supérieure et plus discrètement pour sa marge inférieure. Le reste du cou, la poitrine et toute la partie antérieure du corps tirent le plus souvent vers une coloration sensiblement chamois vineux s'éclaircissant vers le blanc chamoisé au niveau du ventre et des couvertures sous-caudales.

IMGL6723-2

Les deux sexes sont semblables et ne peuvent généralement être reconnus que par leur comportement en période de reproduction. Les jeunes n'ont pas de collier.

IMGL6734

La tourterelle gémit. Le chant est assez monotone « rou-rouuu..rou » avec accentuation sur la deuxième syllabe.

IMGL6786

La suite des photos est une petite scéance de toilette et d'étirement

IMGL6788IMGL6793IMGL6794IMGL6795IMGL6810IMGL6805IMGL6796IMGL6731

Les commentaires proviennent de wikipédia

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 23:00

D'une taille d'environ 14–15 cm, l'Accenteur mouchet est un oiseau discret, très homochromique, avec le dos brun foncé rayé de noir et la tête de couleur gris bleuté.Son aspect terne quand on le voit à une certaine distance, peut éventuellement le faire confondre avec une femelle de Moineau, mais ses flancs sont rayés de noiret le bec est sombre et beaucoup plus fin, le comportement est également différent 

001

      On le trouve partout en Europe à l'exception de la partie sud de la péninsule Ibérique, de l'Italie et de la Grèce (sauf durant l'hiver). C'est un migrateur partiel qui occupe de nombreux habitats : forêts de conifères ou de feuillus, parcs, jardins, haies, y compris en ville 

002

L'accenteur mouchet se tient souvent bien en vue et en hauteur lorsqu'il chante, sinon il vit caché et peut être assez difficile à découvrir car il disparaît sous le couvert à la moindre alerte, d'un vol brusque et légèrement bondissant.

003

Le nid est placé à moins d'1,5 m du sol dans un buisson ou un arbuste, (souvent un petit conifère). Il se compose de mousse et d'herbes sèches,avec un soubassement de quelques brindilles. L'intérieur est garni de crin, de sporanges, de mousses, d'herbes fines et rarement de plumes. 

004

      La femelle couve 3 à 6 oeufs turquoise vif pendant 13 à 14 jours. L'accenteur mouchet peut se permettre d'avoir des oeufs aussi colorés,le nid est placé dans un endroit sombre où le camouflage a moins d'importance que chez les oiseaux qui nichent à découvert. 

005

Le séjour au nid dure 10 à 14 jours. Les jeunes sont surtout nourris d'insectes et quittent généralement le nid avant d'être complètement emplumés.

006

      Le couple mène généralement à terme deux nichées par saison. Sa vie amoureuse est assez étonnante : les accouplements extraconjugaux et les trios sont courants.

007

 

      Les commentaire proviennent de wikipédia et oiseaux. net

008

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 23:00

 

Rougegorge familier (Erithacus rubecula)

001

 

Le rougegorge familier est aisément reconnaissable avec sa poitrine et la face rouge orangé, contrastant avec les parties inférieures blanchâtres. Les parties supérieures son brun-vert-olive, ainsi que les ailes et la queue.Le bec conique est brun foncé avec la base claire. Les yeux sont noirs. Les pattes fines et les doigts sont brun clair.

005

 

Son chant est une série de gazouillis ténus, doux et clairs, et de courts trilles, avec des arrêts brusques. Pendant l'automne, son chant est plus doux.

004

 

Habitat : Le rougegorge fréquente les terrains boisés, le bocage, les taillis, les forêts, les parcs et les jardins aussi bien dans les régions les plus isolées que dans les villes.

 007

La femelle bouge sur de courtes distances après la saison de reproduction, jusqu'à un territoire hivernal proche où elle pourra se nourrir. Le mâle garde le même territoire toute l'année.

 008

Les commentaires proviennent du site oiseaux.net

009

 

 

010

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 00:00

J'ai longtemps hésité à mettre cette petite série car les photos sont de mauvaise qualité.Visitant régulièrement le site de LPO j'ai appris qu'un colonie d'une cinquantaine  de jaseurs fréquentaient les parcs de la ville de Nancy. .Effectivement j'ai trouvé cette colonie à proximité du parc du charmois dans une propriété privée.Impossible de rentrer dans la propriéte, le temps était tout gris, les oiseaux se trouvaient très loin (100 mètres environ) donc aucune possibilité de faire de belles photos .Comme c'est la première fois que je vois des jaseurs boréal et je ne sais quand je les reverrais je vous les présente

IMGL1495

Le jaseur boréal arbore un plumage général rose-saumon. Sa tête est ornée d'une huppe de cette même couleur. Un fin sourcil noir se prolonge jusque dans la nuque. Les lores et la gorge sont noirs. Le bas du dos, le croupion et une partie des couvertures sont gris. Chose remarquable,l'extrémité des rectrices est blanche et le vexille externe est partiellement jaune. Deux taches blanches marquent encore l'aile. Les rémiges secondaires ont une pointe rouge. La courte queue noire est terminée par du jaune, comme si l'oiseau avait trempé ses rectrices dans un pot de peinture.

IMGL1499

Il passe ordinairement l'hiver en Europe centrale mais périodiquement, lorsque les chutes de neige y sont très abondantes, il vient en nombre se réfugier jusqu'en France, Belgique ou Suisse à la recherche de nourriture.

IMGL1504

Le jaseur boréal est un passereau typique de la taïga (forêt boréale de conifères) ; forme de forêt la plus nordique et qui se situe en limite avec la toundra. En hiver, l'espèce fréquente de plus les parcs, les jardins et les haies.

IMGL1513

Les commentaires proviennent de wikipédia et oiseaux.net

IMGL1519

Repost 0
Published by faune-flore-vuesparalain - dans des plumes
commenter cet article